Pour­quoi

La Bel­gi­que est-elle une desti­na­ti­on pri­vi­lé­giée des fran­çais ?

 

Au-delà de la pro­xi­mi­té géo­gra­phi­que, la Bel­gi­que est un pays appré­cié par les fran­çais pour deux princi­pa­les rai­sons lors­qu’il est ques­ti­on de recher­cher une cli­ni­que de fer­ti­li­té.

Pre­miè­re­ment, la lan­gue. Le trai­te­ment pou­vant y être dis­pen­sé en fran­çais, il ras­su­re de nombreux pati­ents qui sou­hai­tent se tour­ner vers un accom­pa­gne­ment per­son­nali­sé. Pour la gran­de majo­ri­té d’ent­re eux, il est pri­mor­di­al de pou­voir com­prend­re les ter­mes médi­caux avan­cés par les méde­cins ain­si que cha­que étapes des ren­dez-vous, des examens et des mani­pu­la­ti­ons médi­ca­les qui seront réa­li­sées. Et cela pas­se bien évi­dem­ment par la pos­si­bi­li­té d’a­voir un inter­lo­cu­teur fran­çais.

De plus, his­to­ri­que­ment, depuis 40 ans, la Bel­gi­que comp­te par­mi les pion­niers en ter­mes de recher­che, le déve­lo­p­pe­ment et d’ac­cès aux tech­ni­ques de PMA. À tit­re d’ex­emp­le et tou­jours selon l’IEB,  la Bel­gi­que a con­tri­bué en 2014 à 33 790 cycles de PMA, l’é­qui­va­lent de 5 774 nais­san­ces soit 4,6% des nais­san­ces du pays cet­te année là. Un chif­fre impres­si­on­nant quand on sait qu’en com­pa­rai­son, les enfants nés par FIV en 2015 aux États-Unis repré­sen­tai­ent 1,7% des nais­san­ces.

légis­la­ti­on

Un accès faci­li­té par une loi sou­p­le

En Bel­gi­que, la Pro­créa­ti­on Médi­ca­le­ment Assis­tée est ouver­te à tou.te.s depuis 2007. Selon les ter­mes de la loi, « tou­te per­son­ne ayant pris la décisi­on de deve­nir parent » peut recour­ir à la PMA, soit à par­tir de ses pro­p­res gamè­tes (sper­me ou ovo­cytes) soit des gamè­tes pro­venant de don­neurs ou don­neu­ses.

  • Pour ce qui est du pré­lè­ve­ment de gamè­tes, la loi per­met aux femmes d’en béné­fi­cier ent­re 18 et 45 ans inclus.
  • Pour une deman­de d’in­sé­mi­na­ti­on de gamè­tes ou d’im­plan­ta­ti­on d’em­bryons, cet­te fois-ci les femmes ne doiv­ent pas dépas­ser leur 47e année.

Il faut en revan­che gar­der en tête qu’u­ne gran­de liber­té est lais­sée aux cen­tres de PMA du pays sur les con­di­ti­ons néces­saires pour entrer dans un par­cours de Pro­créa­ti­on Médi­ca­le­ment Assis­tée. Au delà de motifs médi­caux, les méde­cins sont dans le droit d’in­vo­quer une clau­se de con­sci­ence pour refu­ser cer­tains dos­siers. C’est la rai­son pour laquel­le de nombreu­ses cli­ni­ques met­tent en place un ren­dez-vous avec un psy­cho­lo­gue avant de pou­voir com­men­cer, ou non, un trai­te­ment de fer­ti­li­té. Dans ce cas, la seu­le obli­ga­ti­on des méde­cins est alors de don­ner les coor­don­nées d’un aut­re cent­re de PMA aux pati­ents dont le dos­sier a été refu­sé.

Com­men­taire

Trou­ver le bon cent­re de fer­ti­li­té en Bel­gi­que

Il exis­te 2 types de cent­re de fer­ti­li­té en Bel­gi­que :

  • Les cen­tres dits « A » qui s’oc­cup­ent du trai­te­ment jus­qu’à la pha­se de pré­lè­ve­ment des ovo­cytes et qui vous ren­ver­ront vers un cent­re B (soit un cent­re dis­po­sant d’un labo­ra­toire d’em­bryo­lo­gie) pour le trans­fert d’em­bryons. Il exis­te à ce jour, 14 cen­tres A sur le ter­ri­toire bel­ge.
  • Les cen­tres dits « B » qui dis­po­sent d’un labo­ra­toire per­met­tant de réa­li­ser une Fécon­da­ti­on In Vitro d’u­ne part, et de trai­ter et de con­ser­ver les gamè­tes ou embryons dans un deu­xiè­me temps. Vous dev­rez donc vous rend­re dans un de ces cen­tres pour le trans­fert d’em­bryons. Les cen­tres B sont eux, au nombre de 17.

Out­re des faits tels que le taux de réus­si­te, les prix et les temps d’at­ten­te, les impres­si­ons per­son­nel­les au sein des cli­ni­que sont éga­le­ment import­an­tes. Cer­tains de ces cen­tres sont spé­cia­li­sés dans des typo­lo­gies de pati­ents, tels que les futures famil­les fon­dées par des cou­ples de femmes ou des céli­ba­taires. D’au­tres cen­tres le seront pour des typo­lo­gies de trai­te­ments tel­les que l’endomé­trio­se ou des pati­en­tes att­ein­tes du Syn­dro­me des Ovai­res Poly­kys­ti­ques (SOPK).

+ d’in­for­ma­ti­ons

Pour aller plus loin

Si vous sou­hai­tez en savoir plus, vous pou­vez rem­plir ce for­mu­lai­re. Tou­te for­me d’information est 100% gra­tui­te et sans enga­ge­ment.

Vous y retrou­ve­r­ez plus de détails sur les off­res de trai­te­ment, les taux de réus­si­te et les prix de nos cli­ni­ques. Nous pre­nons soin de ne vous pro­po­ser que des cen­tres dans les­quels nous som­mes sûres de pou­voir vous off­rir un ser­vice en fran­çais et faci­le­ment adap­ta­ble à distance pour que vous n’ayez à vous dépla­cer dans la cli­ni­que que le jour J de vot­re trai­te­ment.

Com­ment béné­fi­cier de not­re ser­vice ?

Nous som­mes là avant tout pour vous écou­ter et com­prend­re vos besoins afin d’y répond­re de façon la plus per­son­nali­sée pos­si­ble

  • Rem­plis­sez not­re for­mu­lai­re d’inscription en ligne, nous trou­ve­rons dans not­re équi­pe l’interlocuteur le plus adap­té pour répond­re à vot­re deman­de

  • Nous vous con­ta­c­te­rons pour une con­sul­ta­ti­on infor­ma­ti­ve gra­tui­te de 30 min. Nous pour­rons alors abor­der vot­re pro­jet d’enfant

  • Nous vous four­nis­sons des brochu­res d’information et vous met­tons en rela­ti­on avec la cli­ni­que qui cor­re­spond le mieux à vos besoins

Com­men­cez avec le for­mu­lai­re