Intro

Trai­te­ment de l’in­fer­ti­li­té

Com­me par­tout ail­leurs, le Luxem­bourg n’échappe mal­heu­re­u­se­ment pas à la règ­le, 15% des cou­ples se retrou­vent dans l’incapacité d’avoir un enfant natu­rel­lement. C’est pour cela que le pays répond depuis plu­sieurs années à la deman­de de la Pro­créa­ti­on Médi­ca­le­ment Assis­tée avec un pro­ces­sus gra­du­el.

Lorsqu’un cou­p­le ren­cont­re des dif­fi­cul­tés après un an d’essais natu­rels, il peut se rend­re dans un cent­re de fer­ti­li­té afin de débu­ter un trai­te­ment. 3 insé­mi­na­ti­ons sont géné­ra­le­ment pro­po­sées dans un pre­mier temps avant de pou­voir envi­sa­ger un trai­te­ment par Fécon­da­ti­on In Vitro (FIV).

Pour­quoi

Se rend­re au Luxem­bourg ?

Géné­ra­le­ment dans l’ombre de la Bel­gi­que, plu­sieurs rai­sons inci­tent tout de même de futurs par­ents fran­çais à fai­re le choix de se dépla­cer au Luxem­bourg pour leur par­cours PMA.

Pre­miè­re­ment, le pays res­te rela­ti­ve­ment pro­che de la Fran­ce, ce qui per­met des allers-retours courts dans un pays dans lequel le fran­çais est couram­ment par­lé.

Par la tail­le de son ter­ri­toire, le pays ne pos­sè­de pas sa prop­re ban­que de sper­me mais fait appels aux ban­que Euro­péen­nes, situées au Dane­mark. Ain­si, dans le cad­re d’un trai­te­ment avec don de sper­me, les temps d’attente pour l’attribution d’un don­neur sont écour­tés.

Enfin, le Luxem­bourg est con­nu pour auto­ri­ser le Cri­bla­ge Géné­tique Pré­im­plan­ta­toire (GPS). Cet­te métho­de, com­me le Dia­gnostic Pré­im­plan­ta­toire (DPI) n’est pas per­mis en Fran­ce mais per­met aux équi­pes médi­ca­les de cher­cher d’éventuelles mala­dies géné­ti­ques et de ce fait, évi­ter leur trans­mis­si­on à l’enfant à naît­re. En d’autres mots, il per­met l’analyse de l’embryon via biop­sie afin de con­naît­re son pro­fil géné­tique.

La loi

Que per­met le Luxem­bourg ?

Le par­cours PMA est ouvert à tou.te.s au Luxem­bourg. L’âge limi­te est fixé à 45 ans pour une femme cont­re 65 pour un hom­me. Les cou­ples de femmes et céli­ba­taires peu­vent ain­si pré­tendre à un trai­te­ment au même tit­re que les cou­ples hété­ro­se­xu­els. Mais si la loi est plus sou­p­le que cel­le d’autres pays à ce sujet, la dis­cus­sion sur la ques­ti­on de l’anonymat des don­neurs divi­se le pays depuis plus de 7 ans.

Le 7 octob­re 2020, un pro­jet de loi visait pour la pre­miè­re fois à garan­tir l’accès de l’enfant à ses ori­gi­nes lors­que celui-ci est né par PMA avec tiers don­neur. Un débat tou­jours en cours qui béné­fi­cie­ra aux futures famil­les sou­hai­tant se tour­ner vers le don non anony­me ou sou­hai­tant importer des gamè­tes en pro­ven­an­ce de l’étranger. Cela per­met­t­ra à l’enfant d’obtenir les infor­ma­ti­ons rela­ti­ves à son géni­teur sans avoir à recueil­lir l’autorisation spé­ci­fi­que de la per­son­ne con­cer­née.

Il est éga­le­ment intéres­sant de noter qu’un quart des con­sul­ta­ti­ons au Luxem­bourg con­cer­nent les femmes de plus de 40 ans. Mal­heu­re­u­se­ment, le don d’ovocytes ou celui d’embryon n’étant pas auto­ri­sé sur le ter­ri­toire, il fau­dra dans ce cas vous tour­ner vers d’autres pays.

+ d’in­for­ma­ti­ons

Pour aller plus loin

Si vous sou­hai­tez en savoir plus, vous pou­vez rem­plir ce for­mu­lai­re. Tou­te for­me d’information est 100% gra­tui­te et sans enga­ge­ment.

Vous y retrou­ve­r­ez plus de détails sur les off­res de trai­te­ment, les taux de réus­si­te et les prix de nos cli­ni­ques. Nous pre­nons soin de ne vous pro­po­ser que des cen­tres dans les­quels nous som­mes sûres de pou­voir vous off­rir un ser­vice en fran­çais et faci­le­ment adap­ta­ble à distance pour que vous n’ayez à vous dépla­cer dans la cli­ni­que que le jour J de vot­re trai­te­ment.

Com­ment béné­fi­cier de not­re ser­vice ?

Nous som­mes là avant tout pour vous écou­ter et com­prend­re vos besoins afin d’y répond­re de façon la plus per­son­nali­sée pos­si­ble

  • Rem­plis­sez not­re for­mu­lai­re d’inscription en ligne, nous trou­ve­rons dans not­re équi­pe l’interlocuteur le plus adap­té pour répond­re à vot­re deman­de

  • Nous vous con­ta­c­te­rons pour une con­sul­ta­ti­on infor­ma­ti­ve gra­tui­te de 30 min. Nous pour­rons alors abor­der vot­re pro­jet d’enfant

  • Nous vous four­nis­sons des brochu­res d’information et vous met­tons en rela­ti­on avec la cli­ni­que qui cor­re­spond le mieux à vos besoins

Com­men­cez avec le for­mu­lai­re