Natha­naël­le Sage

Le bryo­phyl­lum

La plan­te Bryo­phyl­lum appar­tient à la famil­le des plan­tes à feuilles gras­ses et appar­tient au gen­re Kalan­choe. À l’o­ri­gi­ne, les feuilles de bryo­phyl­lum étai­ent ori­gin­aires de l’É­tat insu­lai­re de Mada­gas­car et étai­ent princi­pa­le­ment répar­ties dans les zones tro­pi­ca­les. Bryo­phyl­lum pin­na­tum a ensui­te été intro­du­it en Euro­pe par la méde­ci­ne anthro­po­so­phi­que et est main­ten­ant uti­li­sé en méde­ci­ne con­ven­ti­on­nel­le.

Les effets du Bryo­phyl­lum

Le médi­ca­ment à base de plan­tes a un très lar­ge éven­tail d’u­ti­li­sa­ti­ons et est donc uti­li­sé en méde­ci­ne tra­di­ti­on­nel­le dans cer­tains pays depuis un cer­tain temps. Le bryo­phyl­lum est princi­pa­le­ment uti­li­sé pour la gros­ses­se, l’hy­per­ten­si­on, l’in­flamma­ti­on, l’a­gi­ta­ti­on, les trou­bles du som­meil et la ves­sie irri­ta­ble. Les dif­férents aci­des végé­taux con­te­nus dans les extraits (fla­vo­no­ï­des, tri­ter­pè­nes, sté­roï­des buda­fié­noï­des) garan­tis­sent un effet inhi­bi­teur de con­trac­tion, anti­all­er­gi­que, anti-dou­leur et cal­mant. En rai­son des nombreux effets posi­tifs et cal­mants, de plus en plus de femmes qui veu­lent avoir des enfants se tour­nent vers le Bryo­phyl­lum pen­dant ou même avant la gros­ses­se.

Dans les sec­tions sui­v­an­tes, vous appren­d­rez com­ment le princi­pe actif peut vous aider dans vot­re désir d’en­fant et/ou pen­dant la gros­ses­se.

Le bryo­phyl­lum avant, pen­dant et après la gros­ses­se

De plus en plus de femmes ayant le même désir se posent la ques­ti­on de savoir si le Bryo­phyl­lum peut les aider à avoir des enfants. Com­me pour de nombreux autres médi­ca­ments ou remè­des à base de plan­tes, il con­vi­ent de noter que, dans le pas­sé, il était pos­si­ble d’é­ta­b­lir des val­eurs atten­du­es pour le suc­cès de l’ef­fet, mais aucu­ne garan­tie de suc­cès ne peut être pro­mi­se. Sou­vent, une pri­se régu­liè­re peut aider un ovu­le fécon­dé à s’im­plan­ter dans l’u­té­rus, car l’ef­fet du bryo­phyl­lum est simi­lai­re à celui de l’hor­mo­ne de pro­ge­sté­ro­ne. Le bryo­phyl­lum peut éga­le­ment con­tri­buer à sou­la­ger l’in­flamma­ti­on, par exemp­le dans l’u­té­rus, et aider à la gué­r­i­son.

Le bryo­phyl­lum peut avoir les effets sui­v­ants :

  • Sou­ti­en à l’im­plan­ta­ti­on de l’o­vu­le fécon­dé
  • Ren­for­ce­ment de l’u­té­rus
  • Aug­men­ta­ti­on de la tem­pé­ra­tu­re du corps : aug­men­ta­ti­on des chan­ces de gros­ses­se
  • Pro­lon­ga­ti­on de la deu­xiè­me moi­tié du cycle
  • Effet cal­mant
  • Anti-inflamma­toire

Pen­dant la gros­ses­se

Pour les femmes, le bryo­phyl­lum est non seu­le­ment intéres­sant au début de la pha­se de fer­ti­li­té, mais peut éga­le­ment être un sou­ti­en uti­le pen­dant la gros­ses­se. L’u­ne des com­pli­ca­ti­ons pos­si­bles au début de la gros­ses­se res­te le ris­que d’ac­cou­che­ment pré­ma­tu­ré et le ris­que asso­cié de nais­sance pré­ma­tu­rée. Pour trai­ter le tra­vail pré­ma­tu­ré, des extraits de la plan­te Bryo­phyl­lum sont uti­li­sés en méde­ci­ne anthro­po­so­phi­que depuis de nombreu­ses décen­nies.

Une étu­de cli­ni­que sur l’ef­fi­caci­té du bryo­phyl­lum mon­tre­ra si le bryo­phyl­lum (50%) peut être uti­li­sé com­me alter­na­ti­ve à la thé­ra­pie stan­dard avec le médi­ca­ment “nifé­di­pi­ne” pour le tra­vail pré­ma­tu­ré. Un grou­pe de femmes a reçu du bryo­phyl­lum sous for­me de com­pri­més à mâcher et l’aut­re le médi­ca­ment nifé­di­pi­ne, sou­vent uti­li­sé en méde­ci­ne con­ven­ti­on­nel­le com­me con­tracep­tif (toco­ly­tique).

Dans les deux grou­pes expé­ri­men­taux, le nombre de con­trac­tions dans les quat­re heu­res sui­vant le pre­mier examen a été rédu­it de maniè­re simi­lai­re. Aucu­ne dif­fé­rence nota­ble n’a été con­sta­tée ent­re les deux groupes.Le bryo­phyl­lum s’est donc révé­lé être une alter­na­ti­ve végé­ta­le appro­priée au trai­te­ment stan­dard du tra­vail pré­ma­tu­ré. Le ris­que d’ac­cou­che­ment pré­ma­tu­ré est par­ti­cu­liè­re­ment éle­vé chez les femmes ence­in­tes de plus de 40 ans ou de moins de 18 ans. L’â­ge est le fac­teur de ris­que le plus important par­mi ceux qui peu­vent con­du­i­re à une nais­sance pré­ma­tu­rée. En out­re, grâce aux pro­prié­tés cal­man­tes de l’in­gré­dient actif, Bryo­phyl­lum peut éga­le­ment aider en cas d’anxié­té avant la nais­sance, de dou­leur, de trou­bles du som­meil ou d’a­gi­ta­ti­on inté­ri­eu­re.

Après la gros­ses­se

Le bryo­phyl­lum peut éga­le­ment être pris après la gros­ses­se, en cas d’é­chec de l’in­sé­mi­na­ti­on arti­fi­ci­el­le, de fausse cou­che ou de cycles irré­gu­liers ain­si que de stress men­tal.

Le bryo­phyl­lum: Son dosa­ge et ses effets secon­dai­res

En géné­ral, il est recom­man­dé de ne prend­re Bryo­phyl­lum qu’a­près avoir con­sul­té un méde­cin, un pra­ti­ci­en de méde­ci­ne douce ou une sage-femme. En même temps, il est pos­si­ble de déter­mi­ner le dosa­ge adap­té à vos besoins indi­vi­du­els. Il est important que le dosa­ge varie en fonc­tion de la for­me d’ab­sorp­ti­on. Le princi­pe actif est dis­po­nible sous for­me de poud­re, de com­pri­més, de glo­bu­les, de gout­tes ou d’in­jec­tion. Avec des com­pri­més ou des glo­bu­les, par exemp­le, il faut prend­re une quan­ti­té dif­fé­ren­te de cel­le de la poud­re de Bryo­phyl­lum. La for­me de Bryo­phyl­lum qu’il est recom­man­dé d’in­gé­rer dépend à nou­veau du dia­gnostic et de l’ob­jec­tif de la deman­de.

Effets secon­dai­res: en géné­ral, le princi­pe actif est médi­ca­le­ment con­sidé­ré com­me très bien tolé­ré et con­du­it donc rare­ment à une hyper­sen­si­bi­li­té. On ne peut guè­re s’at­tendre à des effets secon­dai­res avec le Bryo­phyl­lum et aucu­ne inter­ac­tion néga­ti­ve n’est con­nue à ce jour.

Sou­ti­en alter­na­tif

Out­re la pri­se de Bryo­phyl­lum, il exis­te d’au­tres alter­na­ti­ves pour aug­men­ter les chan­ces d’a­voir un enfant. Les fac­teurs psy­cho­lo­gi­ques et le stress jou­ent ici un rôle important.
Pour rédu­i­re le stress, les acti­vi­tés de loi­sirs avec vot­re par­ten­aire ou vos amis et vot­re famil­le peu­vent vous aider. En out­re, il con­vi­ent de veil­ler à un som­meil suf­fi­sant et à une ali­men­ta­ti­on sai­ne et équi­li­brée. En out­re, l’u­ti­li­sa­ti­on d’un cal­en­dri­er des cycles peut être uti­le pour trou­ver le bon moment des jours fer­ti­les. Si le cycle est irré­gu­lier, un examen médi­cal est recom­man­dé pour écar­ter des mala­dies tel­les que le SOPK ou l’en­domé­trio­se.

Pour aller plus loin

Si vous sou­hai­tez en savoir plus, vous pou­vez rem­plir ce for­mu­lai­re. Tou­te for­me d’information est 100% gra­tui­te et sans enga­ge­ment.

Vous y retrou­ve­r­ez plus de détails sur les off­res de trai­te­ment, les taux de réus­si­te et les prix de nos cli­ni­ques. Nous pre­nons soin de ne vous pro­po­ser que des cen­tres dans les­quels nous som­mes sûres de pou­voir vous off­rir un ser­vice en fran­çais et faci­le­ment adap­ta­ble à distance pour que vous n’ayez à vous dépla­cer dans la cli­ni­que que le jour J de vot­re trai­te­ment.

Pour de plus amp­les infor­ma­ti­ons sur des pos­si­bi­li­tés de PMA à l’étranger, vous pou­vez aus­si con­sul­ter nos arti­cles sur des cli­ni­ques en Espa­gne, en Bel­gi­que, en Répu­bli­que Tchè­que ou en Polo­gne.

Com­ment béné­fi­cier de not­re ser­vice ?

Nous som­mes là avant tout pour vous écou­ter et com­prend­re vos besoins afin d’y répond­re de façon la plus per­son­nali­sée pos­si­ble

  • Rem­plis­sez not­re for­mu­lai­re d’inscription en ligne, nous trou­ve­rons dans not­re équi­pe l’interlocuteur le plus adap­té pour répond­re à vot­re deman­de

  • Nous vous con­ta­c­te­rons pour une con­sul­ta­ti­on infor­ma­ti­ve gra­tui­te de 30 min. Nous pour­rons alors abor­der vot­re pro­jet d’enfant

  • Nous vous four­nis­sons des brochu­res d’information et vous met­tons en rela­ti­on avec la cli­ni­que qui cor­re­spond le mieux à vos besoins

Com­men­cez avec le for­mu­lai­re